2020

Démultiplier l’impact du réemploi créatif : notre manifeste

La Réserve des arts, association loi 1901, assume une mission écologique et sociale, ainsi qu’un rôle militant auprès des acteurs du secteur culturel et créatif.

Nous pensons que la création est le laboratoire du changement de paradigme radical qu’exige l’urgence climatique. Nous faisons du réemploi créatif notre raison d’être.

 

NOTRE VISION

Le réemploi s’inscrit dans une démarche écologique. Des décennies de production de masse ont conduit à produire moins cher du neuf, plutôt que d’adapter la création à ce qui est déjà disponible et de créer une économie des ressources.

 

Le réemploi a une vocation sociale. Le réflexe de surproduction et de surconsommation a conduit à des délocalisations, une disparition de savoir-faire, une fragilisation de la main d’œuvre, et une perte de sens au travail. Le réemploi crée de l’emploi solidaire qui a du sens, en permettant de réinsérer des populations en difficulté autour d’un projet d’avenir.


Le réemploi nourrit la création, en redistribuant des ressources aux créatifs dont les besoins en matériaux de qualité ne correspondent pas à leurs moyens financiers. 

 

Le réemploi ne va pas sans une production locale de qualité à partir d’un savoir-faire ancestral de pratique de l’économie circulaire. Nous permettons à nos adhérents de travailler et de se former dans nos locaux en adoptant des standards d’exécution élevés et exigeants.

 

Le réemploi est l’occasion de constituer un riche écosystème de compétences. Nous employons des professionnels du secteur culturel qui en retour partagent leur connaissance des matériaux. Nous formons notre communauté à l’éco-conception, l’éco-fabrication et l’éco-montage ; autant de savoir-faire et d’œuvres intégrant le réflexe du réemploi à diffuser auprès du public.

 

Surtout, le réemploi est un chantier participatif, qui ne peut avancer que par un effort d’intelligence collective et de mise en commun des pratiques. 

 

NOTRE APPEL

Nous, acteurs du réemploi et de la réutilisation, sommes les hackers de l’économie linéaire. Seuls, nous ne pourrons changer la donne. Alors luttons contre nos réflexes protectionnistes. Osons l’open source. Documentons et partageons massivement nos pratiques, succès, difficultés, et même nos échecs. Donnons l’exemple du monde dans lequel nous aimerions vivre, où la rigueur et l’exigence d’un savoir-faire ne conduisent pas à un repli sur soi-même. 

 

Pour que le réemploi et la réutilisation deviennent des savoir-faire constitutifs de l’excellence culturelle française, nous avons besoin de vous tous, professionnels du secteur culturel et créatif : indépendants, artistes, intermittents, créateurs, artisans, étudiants, associations, entreprises, décideurs politiques. Engageons-nous communément à apprendre les uns des autres, à partager en toute humilité et à créer à contre-courant de la logique propre à l’économie linéaire, pour donner toute sa force à l’économie circulaire.